hamburger

Parole de Nutritionniste !

Plaisir de manger, désir de santé

Intolérance ou allergie alimentaire ? Comment faire la différence ...

« Je ne digère pas très bien quand j’en mange … », « j’ai des troubles digestifs …. », toutes ces plaintes sont fréquentes et se concluent souvent par cette phrase : « Je dois y être allergique ». Le terme « allergie » est devenu synonyme « d’intolérance » pour beaucoup de personnes alors qu’il ne s’agit absolument pas du même processus, que les causes sont différentes ainsi que la prise en charge. Cela vaut donc la peine de bien y réfléchir et de ne pas se tromper si on veut se donner toutes les chances d’en guérir !

 > L’allergie est un processus immunitaire : vous fabriquez à votre insu des anticorps de type IgE dirigés contre la ou les protéines d’un aliment et qui, en présence de cet aliment, vont provoquer la libération d’histamine ou la mobilisation de cellules provoquant une réaction inflammatoire responsable des signes de l’allergie : urticaire, diarrhées, vomissements, oedèmes, crise d’asthme, voire état de choc anaphylactique (chute brutale de la tension artérielle). La réaction est quasi immédiate et se traite avec des anti - histaminiques, des corticoïdes, de la ventoline ou de l’adrénaline, selon la nature des signes. Suite au diagnostic fait par l’allergologue (présence de taux élevés d’IgE dans le sang, et tests cutanés), il faut supprimer totalement l’aliment en cause car même à l’état de traces il est capable de déclencher une très forte réaction allergique. Certaines allergies sont transitoires alors que d’autres sont définitives. Le plus souvent, l’allergologue tente des réintroductions progressives sous contrôle médical et à très petites doses, pour désensibiliser l’organisme et induire à nouveau la tolérance.Typiquement, on peut être allergique aux protéines de lait de vache, au poisson, aux fruits de mer, à l'arachide, aux protéines d'oeuf ...

 > L’intolérance est un trouble de la digestion qui n’implique pas les anticorps, mais plutôt soit des enzymes digestives déficientes, soit des molécules présentes dans l’aliment qui déclenchent des réactions inflammatoires (comme l’histamine de certains poissons, ou les sulfites de certains vins). L’intolérance la plus courante concerne le lait de vache et autres mammifères, par manque d’efficacité de la lactase intestinale qui entraîne donc une mauvaise digestion du lactose du lait. Dans ce cas, les signes ne sont ni explosifs ni immédiats. Après consommation de lait, la personne ressent des ballonnements et un transit accéléré, rien de bien grave ! Le diagnostic est surtout un diagnostic d’élimination (on est sûr qu’il ne s’agit pas d’une allergie, car les tests sont négatifs) et la sanction est beaucoup moins lourde : il suffit d’en baisser les doses ou de prendre des produits avec très peu voire pas du tout de lactose en sachant que les réactions sont proportionnelles aux quantités que vous mangez (alors que dans l’allergie, vous pouvez avoir un réaction très grave pour des doses infinitésimalement petites).

Vous comprenez pourquoi, au moindre doute, il faut aller voir un allergologue afin que le diagnostic soit fait, et le doute levé !

Dr Laurence Plumey

Médecin Nutritionniste. Hopital Necker et Antoine Béclère. Fondatrice d'EPM NUTRITION (Ecole de Nutrition pour les Professionnels de Santé), Auteur de nombreux ouvrages sur l'Alimentation.

Le lundi 09 février 2015 à 17h15

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour laisser un commentaire.

Qui suis-je ?

Docteur Laurence Plumey

Le Dr Laurence PLUMEY est médecin nutritionniste. Elle enseigne la Nutrition à l’École de Diététique de Paris et pratique à l’hôpital Necker au Centre de référence de l’Obésité de l’enfant ainsi qu'à l'hôpital Antoine Béclère à Clamart (Obésité de l'Adulte). Elle est également la fondatrice d’EPM Nutrition, école destinée à la Formation Continue en Nutrition des médecins et autres professionnels de santé. Conférencière, elle intervient aussi régulièrement dans les médias (presse, radio, télé) et écrit de nombreux ouvrages.